Icone logo header
test logo
Elsan logo header
Catégorie(s) : Cancers craniens

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Traitement de la névralgie du trijumeau

nerf trijumeau nevralgie (1)

3 Plan de l'article

La névralgie du trijumeau est une pathologie qui se caractérise par des douleurs soudaines et intenses au niveau du visage. La radiothérapie permet de traiter le nerf trijumeau et permet de surseoir à un traitement chirurgical lorsque le traitement médical n’est pas suffisamment efficace. Elle peut améliorer considérablement la qualité de vie des patients touchés.

Définition et rôle du nerf trijumeau

Le nerf trijumeau, également connu sous le nom de cinquième nerf crânien (V), est un nerf qui joue un rôle central dans la transmission des sensations sensitives du visage au cerveau. Il est considéré comme un nerf mixte, principalement sensitif, car il innerve une grande partie du visage, y compris la peau, les muqueuses et certaines structures intracrâniennes. Il possède également une composante motrice qui innerve les muscles masticateurs.

Ce nerf se divise en trois branches principales : la branche ophtalmique, la branche maxillaire et la branche mandibulaire. La branche ophtalmique, purement sensitive, innerve la partie supérieure du visage, englobant des régions telles que le front, le cuir chevelu et les yeux. Ensuite, la branche maxillaire, qui est également une branche sensitive, prend en charge la partie médiane du visage, couvrant des zones telles que les joues, le nez, la lèvre supérieure et le palais. Enfin, la branche mandibulaire, qui a des fonctions mixtes, à la fois sensitives et motrices, innerve la partie inférieure du visage, y compris la mâchoire, la lèvre inférieure, et les muscles masticateurs.

Les fonctions sensitives du nerf trijumeau sont diverses et comprennent la transmission des sensations tactiles, thermiques et douloureuses du visage au cerveau. Il joue un rôle crucial dans la perception des sensations de toucher, de chaleur et de froid, ainsi que de douleur dans la région faciale.

En ce qui concerne sa fonction motrice, le nerf trijumeau est responsable de l’innervation des muscles masticateurs, facilitant ainsi les mouvements de mastication. Le noyau du nerf trijumeau, situé dans le tronc cérébral, est un complexe divisé en plusieurs parties, chacune assumant différentes fonctions.

Infographie nerfs crâniens

 

nerf trijumeau nevralgie

Qu’est-ce que la névralgie du trijumeau ?

La névralgie du trijumeau est une maladie qui se traduit par des crises douloureuses intenses et brèves au niveau du visage. Ces crises peuvent durer de quelques secondes à quelques minutes. La douleur concerne une ou plusieurs branches du nerf trijumeau, qui est le 5e nerf crânien. Ce nerf est responsable de la sensibilité de la peau du visage, des yeux, du nez, de la bouche ou des dents. La douleur engendrée est souvent décrite comme semblable à une décharge électrique, un coup de poignard ou une brûlure.

La névralgie du trijumeau peut se manifester spontanément ou être déclenchée par des zones spécifiques du visage que l’on nomme zones gâchettes. La douleur peut concerner un seul côté du visage, ou les deux (mais rarement en même temps).

La névralgie du trijumeau est une pathologie rare qui touche environ 5 personnes sur 100 000, et principalement des femmes âgées de plus de 50 ans.

La cause exacte de la maladie n’est pas connue, mais pourrait être liée à plusieurs facteurs, comme :

  • la compression du nerf trijumeau par un vaisseau sanguin entraînant une irritation de celui-ci et une altération de son isolation ;
  • une dégénérescence du nerf liée à l’âge ou à une maladie (comme la sclérose en plaques) avec perte de la gaine protectrice du nerf et augmentation de sa sensibilité ;
  • une anomalie congénitale ou acquise du nerf ou de son trajet, avec modification de sa structure ou de ses fonctions.

Névralgie du trijumeau : les traitements possibles

En première intention, le traitement de la névralgie du trijumeau repose sur l’administration d’un traitement médical, notamment antiépileptique, afin de réduire l’activité électrique du nerf trijumeau. Le traitement médical est efficace chez environ 80 % des patients, mais il peut provoquer des effets secondaires indésirables comme une confusion, une somnolence, une baisse des globules blancs ou des troubles digestifs.

Lorsque les médicaments ne sont pas suffisants ou mal tolérés, d’autres options thérapeutiques peuvent être discutées, comme la chirurgie ou la radiothérapie externe.

Avant toute décision, une IRM est réalisée pour vérifier l’absence de compression du nerf trijumeau par un vaisseau sanguin.

En cas de compression du nerf par un vaisseau sanguin, le traitement retenu est la chirurgie : elle consiste à décomprimer le nerf trijumeau pour éliminer la source de la douleur.

Dans les autres cas, un traitement par radiothérapie peut être proposée aux patients pour les soulager.

En quoi consiste la radiothérapie dans le traitement de la névralgie du trijumeau ?

La radiothérapie utilise des rayons X de haute énergie pour détruire les cellules anormales. Elle est principalement utilisée pour traiter des tumeurs cancéreuses, mais elle peut aussi être employée pour soigner certaines maladies bénignes, comme la névralgie du trijumeau.

Cette technique est pratiquée dans quelques centres spécialisés en France, dont l’ Intergroupe de Cancérologie et d’Onco-radiothérapie du Nord Est. Elle a été mise en place par le Dr Colin en collaboration avec le service de neurochirurgie du CHU de Reims, dirigé par le Pr Littré.

Dans ce cas, la radiothérapie vise à créer une lésion contrôlée au niveau du nerf trijumeau pour réduire sa sensibilité et par conséquent, sa propension à provoquer des crises douloureuses. Il s’agit d’une forme de radiochirurgie stéréotaxique qui repose sur un ciblage précis de la zone à traiter en épargnant les tissus sains avoisinants.

Le traitement se déroule en une seule séance qui délivre une dose unique de 90 Gy au nerf trijumeau. Le patient est installé sur la table de traitement équipée d’un système de repositionnement de haute précision, avec le système exactrac dynamique de Brainlab. Ce dispositif permet le contrôle en temps réel de la position du patient et du nerf trijumeau grâce aux clichés infrarouges et radiographiques. Un masque de contention thermoplastique est porté par le patient afin de maintenir sa tête immobile pendant la séance.

L’accélérateur distribuant la dose unique de 90 Gy est de type Truebeam.

La séance est totalement indolore et ne nécessite ni anesthésie ni hospitalisation.

Radiothérapie du nerf trijumeau : quels sont ses bénéfices ?

  • Le traitement est rapide et ne perturbe pas le quotidien des patients traités.
  • Son niveau d’efficacité est de l’ordre d’environ 90 %, avec une nette régression de la fréquence et de l’intensité des crises. L’efficacité peut ne pas apparaître immédiatement, mais sera progressive.
  • Des rechutes peuvent apparaitre dans 20% des cas, dans les 10 ans suivants le traitement. Les douleurs à la rechute sont en général de bien moindre intensité que les douleurs initiales.
  • La tolérance est généralement bonne, avec très peu d’effets secondaires majeurs possibles. Les effets indésirables les plus courants sont une sensation de picotement ou de brûlure au niveau du visage, spontanément résolutifs en quelques semaines.
4.5/5 - (11 votes)